Malgré la loi Alur qui impose désormais une liste exhaustive de justificatifs exigibles par les propriétaires ou les agences immobilières, nombreux sont les locataires qui veulent savoir s’il est normal que leur futur bailleur demande tel ou tel document pour étudier leur candidature. Nous faisons donc le point sur ce sujet en listant 5 exemples de choses qui, légalement, ne peuvent être exigées.

signature bail location

1- Le RIB (relevé d’identité bancaire)

Peu de gens en sont conscients, mais légalement, l’agence ou le propriétaire ne peut pas exiger de RIB de la part du locataire ni de sa caution. Il s’agit en effet d’une pièce très souvent demandée pour établir le dossier locataire (notamment pour vérifier s’il n’est pas interdit bancaire), mais il serait illégal de refuser une location au motif que le RIB est absent. Le chèque barré, qui peut faire office de RIB, est bien sûr interdit de la même façon.

On rappelle également que le propriétaire ne peut pas imposer au locataire de payer son loyer par prélèvement bancaire automatique (Article 4 de la loi du 6 juillet 1989). De manière générale, le locataire est libre du moyen de paiement pour ses loyers, du moment que cela est fait en temps et en heure.

2- Le relevé de comptes

Bien que ce soit plus rare, il arrive encore que certains propriétaires demandent ce type de document dans l’espoir de se rassurer sur la solvabilité du locataire. Demander un relevé de compte bancaire pour une location est totalement interdit, que ce soit celui du locataire ou bien celui de sa caution.

3- Le livret de famille

Là encore c’est assez rare mais cela arrive parfois : un propriétaire qui demande le livret de famille du locataire ou de la personne qui se porte caution, par exemple pour s’assurer d’un lien de parenté entre les deux. Demander un livret de famille pour louer un logement est interdit, que ce soit celui du locataire ou bien celui de sa caution.

4- Le chèque de réservation

Symptomatique des zones où le marché locatif est tendu, le fait de demander un chèque de réservation pour une location est pourtant interdit. Avant la signature du bail, rien n’engage le locataire ni le bailleur et par conséquent, aucune somme (même non encaissée) ne peut être demandée avant cette étape.

5- Le mandat cash

Profitons de l’occasion pour rappeler que lors d’un échange avec un propriétaire, si celui-ci en vient à réclamer le versement d’une somme en mandat cash, il faut immédiatement cesser tout contact et ne rien envoyer. Il s’agit d’une arnaque bien connue mais qui court toujours, et nous en parlons ici notamment.

Les justificatifs autorisés

Tous ces documents cités précédemment sont interdits car ils ne font tout simplement pas partie de la liste des documents autorisés. Cette liste, consultable ici, permet par exemple de demander au locataire une pièce d’identité, un justificatif de domicile, un ou plusieurs documents attestant de l’activité professionnelle (contrat de travail ou carte d’étudiant par exemple), et un ou plusieurs documents attestant de ses ressources (typiquement l’avis d’imposition et/ou les bulletins de salaire). Idem pour le cautionnaire.