Mercredi dernier, le Canard Enchaîné révélait que la Métropole du Grand Paris payait 6.400 €/mois pour loger son directeur général des services dans un confortable appartement du 7ème arrondissement. Un loyer exorbitant qui apporte quelques interrogations sur l’encadrement des loyers à Paris. Explications…

6.400 € par mois payé par le contribuable

C’est que paye chaque mois la Métropole du Grand Paris à un bailleur privé pour loger son directeur général des services Thomas Degos. A ce prix, l’ancien préfet du Morbihan habite tous frais payés un appartement à Paris de 120 m², rue de Belgrade, à deux pas de la Tour Eiffel dans le très chic 7ème arrondissement. Une « nécessité absolue de service« , selon les mots du principal intéressé rapportés dans un article de Capital.fr, et une dépense approuvée par les 120 maires qui composent le conseil de la Métropole pour « compenser les moyens dont le préfet disposait quand il était en poste dans le Morbihan« .

40 % plus cher que le plafond de l’encadrement des loyers

A Paris, le décret d’encadrement des loyers fixe un plafond au-delà duquel il est interdit de louer un logement. La simulation qui peut être réalisée sur le site encadrementdesloyers.gouv.fr indique que pour les caractéristiques de cet appartement, le plafond s’élève à 4.368 €. Le loyer hors charges de 6.100 € est donc environ 40 % plus cher que le plafond de l’encadrement des loyers.

Oui mais…

L’encadrement des loyers ne s’applique pas pour les logements de fonction ! La Métropole du Grand Paris n’est donc pas dans l’illégalité en louant cet appartement au cœur de Paris. On peut toutefois se demander pourquoi les logements de fonction ne seraient pas inclus dans le dispositif d’encadrement, qui pour rappel prévoit la possibilité d’un complément de loyer pour les biens d’exception.

Rue de Belgrade à Paris - Image Google Streetview

La très chic rue de Belgrade à Paris