La FNAIM du Grand Paris a dévoilé le 10 décembre les derniers chiffres de son Observatoire des charges de copropriété, qui révèle une forte augmentation de ces dernières. Les frais d’assurances sont le poste qui progresse le plus.

Basée sur l’analyse de plus de 91 000 lots sur trois années (de 2015 à 2018), l’étude révèle une augmentation des charges de copropriété de plus de 7,5 % (+152 €) pour la seule année 2018. Ces dernières évoluent ainsi beaucoup plus vite que l’inflation qui est de +1,8 % pour cette même année (source).

Entre 2017 et 2018, la plus forte augmentation porte sur les assurances : +11,72% de charges. Viennent ensuite les charges d’eau, pour une hausse de 9,32%. Estimées à 240,89 euros en moyenne par lot en 2017, elles représentaient 263,35 euros par lot, l’année suivante. Les charges liées aux ascenseurs (139,41 euros par lot en 2017, 149,48 euros en 2018) et les impôts (76,87 euros par lot en 2017, 82,25 euros en 2018) ont quant à eux progressé de 7 % sur la période. Enfin, selon l’étude, les honoraires des syndics (en combinant les forfaits et hors-forfaits) se montrent relativement stables en progressant de seulement 1,43 %.

Le montant moyen des charges de copropriété à Paris s’établit en 2018 à 38,79 €/m², soit environ 2170 € par logement et par an.

En regardant depuis 2015, les principales augmentations concernent :

  • L’assurance : +17 %
  • L’eau : +12 %
  • les salaires (gardien par exemple) : +11.7 %

Évolution des principaux postes de charges de copro à Paris (2018 vs 2015)
Infogram – Source : Capital

Les locataires sont-ils concernés ?

Etant donné que certaines de ces charges sont récupérables, oui. A partir des chiffres fournis par l’observatoire, nous avons estimé comment cette augmentation se répartit entre locataires et propriétaires. En termes de dépenses, le poste le plus important est représenté par les salaires qui reviennent à 510 € en moyenne par an et par logement, contre 456 € en 2015.  Jusqu’à 75 % des salaires versés par exemple à un gardien sont récupérables auprès du locataire, si la fonction salariée inclut le ménage des parties communes. Sur une augmentation de 54 €,  40,5 € sont prélevés au locataire tandis que 13,5 € restent à la charge du propriétaire.

Les dépenses d’énergie et d’eau augmentent de 14,5 %, ce qui représente 31.6 € de plus par an, tandis que les charges liées aux ascenseurs augmentent de près de 7 % (+10 €). Des hausses totalement supportées par les locataires.

Le poste qui augmente le plus côté propriétaire est celui des assurances : + 17 % depuis 2015. Ce poste est désormais équivalent aux charges liées à l’électricité : 120 € par an, contre 101 en 2015.