Le site Meilleurecopro.com vient de publier son observatoire sur les charges de copropriété réalisé à partir d’un échantillon de 180.000 annonces de biens. Grâce à cette étude, on peut se rendre compte que comme pour les loyers, les charges de copro sont très variables d’une ville à l’autre. Ainsi, à Paris, les charges sont en moyenne 74 % plus chères qu’en province !

C’est bien évidemment dans la capitale que les charges moyennes sont les plus élevées, et de loin : 40 €/m²/an, soit 1992 € par an, ce qui équivaut à environ 1,5 loyers. Vient ensuite Nice avec 32 €/m²/an, puis Lille (25 €), Marseille (24 €) et Strasbourg (24 €). Les grandes villes les moins chères sont Toulouse (21 €), Nantes (21 €) et Bordeaux (19 €), cette dernière semblant encore relativement épargnée malgré un marché immobilier en forte tension.

Cependant si l’on ramène les charges à leur équivalent en nombre de loyers, ce sont les ville de Nice et Strasbourg qui se retrouvent en tête : les charges de copropriété y représentent pas moins de 2,1 loyers  sur un an. Vient ensuite Marseille avec un équivalent de 2 loyers par an.

Au niveau régional, c’est bien entendu l’Ile-de-France qui affiche le niveau le plus élevé (35 €/m²/an), suivie par la région PACA (27 €) et, plus inattendu, la Normandie et le Centre-Val de Loire avec des moyennes à 25 €/m²/an. La Bretagne et la Corse ferment le classement avec des moyennes qui descendent à 16 €/m²/an.

Charges moyennes de copropriété dans les régions françaises en €/m2 carrez/an

Charges moyennes de copropriété en €/m²/an

L’occasion de rappeler qu’une récente étude de l’Association des responsables de copropriétés (ARC), les charges de copropriété ont augmenté de près de 4 % en moyenne sur l’année 2016. Et si on regarde l’évolution des prix sur 10 ans, on constate une hausse moyenne de plus de 30 % du montant des charges depuis 2007.

Un paramètre à ne pas négliger, donc, lors du choix de votre futur logement. D’ailleurs sur LocService.fr, les loyers ont toujours été exprimés charges incluses afin que les candidats locataires puissent connaître le prix qu’ils auront réellement à payer chaque mois.