A l’heure de l’urgence climatique, chaque petit geste compte pour tenter de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. Si réduire l’usage de la voiture, de l’avion, du chauffage sont parmi les premiers auxquels on pense, il existe d’autres leviers de sobriété permettant de diminuer significativement son empreinte carbone individuelle. La colocation en fait partie, et c’est même sans doute l’un des moins difficiles à mettre en œuvre !

Différence entre sobriété et efficacité

La confusion entre les deux termes est fréquente :

  • efficacité énergétique = réduire son besoin en énergie dans le cadre d’un service rendu équivalent. Exemple : l’isolation d’une maison (elle consomme moins d’énergie pour la même température et la même surface), le downsizing en automobile (même puissance, même poids, moins de consommation), les ampoules à LED, etc.
  • sobriété énergétique = réduire son besoin en énergie dans le cadre de certaines concessions qu’une personne choisit de faire sur son mode de vie. Exemples : voyager moins loin, privilégier le vélo, réduire sa température de chauffage,…ou vivre en colocation 😉

La colocation peut donc s’inscrire dans une démarche de sobriété puisqu’on accepte de partager un logement à plusieurs au lieu de vivre seul dans un appartement, ce qui réduit mécaniquement les besoins individuels en énergie (chauffage, éclairage,…) mais aussi en effort de construction puisqu’on loge plus de personnes par mètre carré.

Or, mine de rien, la construction est un poste important d’émissions de CO2. Nous allons voir dans quelle mesure.

Quelle est la place du logement dans le bilan carbone de la France ?

L’infographie ci-dessous, provenant du think tank « The Shift Project », détaille l’empreinte carbone moyenne d’un Français par secteur :

On se rend ainsi compte que le logement occupe à lui seul environ 22 % de l’empreinte carbone totale ((335+675+1696)/12092). Il se décompose lui-même en plusieurs sous-parties : l’énergie liée au chauffage, cuisine, appareils, etc., la construction et les travaux, et la fabrication des équipements.

Le saviez-vous ? Le ciment est, en lui-même, un matériau très émetteur de CO2 de par sa méthode de fabrication qui implique la cuisson du calcaire et de l’argile via des énergies fossiles, ainsi que la décarbonatation du calcaire. Ainsi, en France, fabriquer une tonne de ciment génère 600 kg de CO2 ! Malgré cela, le ciment reste malheureusement incontournable en construction pour la plupart des bâtiments.

Pourquoi la colocation est un levier intéressant de sobriété ?

Comme évoqué précédemment, la colocation a pour principe, comme le covoiturage, de mutualiser l’utilisation d’un bien et de ses équipements. Au vu des postes d’émissions de carbone, les avantages sont multiples :

  • Diminution des besoins en chauffage : un mètre cube d’air chauffé profite à plusieurs personnes au lieu d’une seule ;
  • Moins de consommation d’énergie pour les équipements par personne : une seule VMC pour plusieurs (au lieu d’une par personne en vivant chacun dans un studio), mutualisation du réfrigérateur/congélateur, mutualisation de l’éclairage, du Wi-fi, etc., voire éventuellement mutualisation de la cuisson si un aimable colocataire cuisine pour tout le monde !
  • En logeant plus de personnes au mètre carré, cela implique, de manière macroscopique, moins de besoins en construction : moins de machines de chantier, moins de ciment, moins d’acier (lui aussi émetteur de CO2), etc.
  • Le partage des équipements du logement économise la fabrication et le transport d’un certain nombre d’objets, ce qui réduit là aussi l’impact carbone : moins d’électroménager, moins de meubles, moins de déco, moins de vaisselle, etc.

En bref, choisir la colocation, en plus de soulager votre portefeuille et de créer de belles rencontres, permet de faire un beau geste pour le climat. Pensez-y !

Trouvez une colocation avec LocService

Il est possible d’utiliser le système de mise en relation inversée de LocService pour trouver une colocation sur toute la France. Le candidat crée ainsi une demande de colocation en spécifiant ses critères, ses garanties et son profil (notamment grâce à la Coloc’Attitude), puis sa candidature est automatiquement transmise aux colocataires ou aux propriétaires proposant des logements en colocation répondant aux critères demandés. Je cherche une colocation