La ministre de l’environnement Ségolène Royal a annoncé qu’il est désormais possible pour tous les propriétaires, peu importe leurs revenus, de combiner deux aides pour financer les travaux de rénovation énergétique : le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ).

Les propriétaires qui engagent des travaux pour améliorer la performance énergétique de leur logement peuvent, depuis le 1er mars 2016, cumuler le CITE et l’éco-prêt à taux zéro sans plafond de ressources. Un pas en avant du ministère de l’environnement qui compte ainsi élargir le nombre de bénéficiaires et développer encore plus les économies d’énergie, sans parler des emplois qui vont avec.

L’éco-PTZ est un prêt de 30 000 € maximum que les propriétaires peuvent contracter auprès des banques conventionnées (voir la liste des banques ici) pour financer leurs travaux d’économie d’énergie, pour un logement soit en location soit qu’ils occupent.

Quant au CITE,  il est, comme son nom l’indique, un crédit d’impôt visant à encourager l’amélioration énergétique du logement. Il permet aux ménages (propriétaires ou locataires) qui financent des travaux d’économie d’énergie de déduire de leur impôt sur le revenu 30 % des dépenses liées à ces travaux (hors main d’oeuvre, sauf exception). Si le montant du CITE dépasse celui de l’impôt, le trésor public verse la différence au ménage.

Auparavant, pour cumuler l’éco-PTZ et le CITE, il fallait respecter des plafonds de ressources, par exemple 25 000 euros pour une personne seule. Depuis le 1er mars donc, cette condition a été supprimée.

A lire également : La participation du locataire aux travaux d’économie d’énergie