C’est un phénomène qui perdure depuis des années, et qui continuera partout où le marché de l’immobilier locatif est tendu : les arnaques à la location d’appartement restent monnaie courante sur internet malgré les avertissements des différents acteurs de l’immobilier et des pouvoirs publics. Comment ne pas se faire avoir ? Retour sur les techniques utilisées et les indices devant vous mettre la puce à l’oreille.

En quoi consiste une arnaque à la location ?

Il s’agit d’une personne malveillante se faisant passer pour un propriétaire-bailleur afin de réclamer de l’argent et/ou des pièces justificatives à une personne en recherche d’un bien à louer. Une fois l’envoi effectué, l’arnaqueur cesse toute communication et disparaît sans laisser de trace. Cette technique est particulièrement utilisée dans les grandes villes où les offres de location partent très vite et où les candidats peuvent se montrer désespérés, se rendant ainsi plus vulnérables.

Toujours se méfier des offres alléchantes

On ne le répétera jamais assez, mais la base d’une arnaque se construit autour d’une petite annonce souvent trop belle pour être vraie :

  • Le loyer demandé semble-t-il anormalement bas par rapport à l’emplacement du bien et ses prestations ? Vérifiez les loyers moyens par ville grâce à notre Cote des Loyers.
  • Les photos font-elles particulièrement envie, au point que l’on pourrait se demander si elles ne viennent pas d’un catalogue de décoration ?
  • Le bien est-il situé dans une grande agglomération où le marché est tendu ?

Si les réponses à ces trois questions sont « oui » , il y a toutes les chances que vous soyez face à une offre frauduleuse. Il ne faut pas se bercer d’illusions : un bailleur ne bradera jamais son bien par simple gentillesse ou pure philanthropie.

D’ailleurs, certains arnaqueurs vous expliqueront que ce prix bas vient du fait qu’ils souhaitent simplement que le logement soit occupé, car ils n’ont pas besoin d’argent. Si cet argument apparaît au cours de vos échanges, mettez-y fin tout de suite.

Appartement de luxe à Lyon - Crédit : barnes-lyon.com

Pensez-vous réellement que ce bien peut être proposé à un loyer inférieur au marché ? (photo d’illustration)

Ne jamais envoyer d’argent avant de signer le bail

C’est la règle élémentaire, qui pourtant est encore transgressée par des locataires un peu trop pressés de trouver un bien disponible. Si cette méthode – illégale, soit dit en passant – est parfois utilisée par des bailleurs tout à fait réels pour permettre à un candidat de réserver un logement avant de signer le bail, c’est également le principal mode opératoire des arnaqueurs pour soutirer de l’argent à des candidats avant de disparaître.

La plupart du temps, l’argument est le même : l’arnaqueur qui se fait passer pour un propriétaire prétend qu’il vit loin du logement et qu’il ne voudrait pas se déplacer pour rien. Il peut même ajouter qu’à plusieurs reprises auparavant, des candidats locataires lui ont fait faux bond au dernier moment et qu’il souhaite éviter ça. Pour le « rassurer » sur le fait que vous êtes un candidat sérieux, il vous demande de procéder à un envoi d’argent (équivalent à la caution, au premier loyer, ou une somme arbitraire…).

Pour cet envoi, il peut vous demander de recourir à divers moyens de paiement mais qui en général sont assez inhabituels : mandat cash, Western Union, Moneygram, ticket Neosurf, coupons Transcash, carte Toneo First, Mandat Ria, etc. Ces moyens ont tous un point commun : le destinataire peut recevoir votre argent en cash, ce qui le rend intraçable.

En bref : n’envoyez jamais d’argent de quelque manière que ce soit avant d’avoir rencontré le bailleur et signé le bail.

Tout pour donner confiance

Il faut être d’autant plus vigilant que les arnaqueurs redoublent d’inventivité pour mettre leurs victimes en confiance. En plus d’une orthographe et d’une syntaxe parfaites, certains peuvent même vous montrer une pièce d’identité (bien sûr fausse) pour tenter de vous prouver leur bonne foi. De plus, lorsque viennent les instructions pour procéder à l’envoi d’argent, ils peuvent abuser du fait qu’il s’agit de méthodes peu connues pour affirmer qu’il ne faut pas s’inquiéter, et qu’il ne s’agit pas d’un vrai paiement. Détrompez-vous : c’en est un.

Attention aux pièces justificatives

Certains arnaqueurs peuvent aussi profiter de l’occasion pour récolter des pièces justificatives (copies de pièces d’identité, justificatif de domicile, avis d’imposition…) et s’en servir plus tard pour procéder à des usurpations d’identité. Nous déconseillons donc vivement d’envoyer vos justificatifs à distance (par mail ou par courrier) à des inconnus, sauf en passant par une plateforme tierce telle que DossierFacile.fr dont LocService est partenaire. Ce tiers de confiance ajoutera un filigrane sur vos copies de justificatifs avant que vous ne les envoyiez aux bailleurs, afin d’empêcher toute utilisation frauduleuse.

Que faire si cela vous arrive ?

Si malgré tout vous vous rendez compte que vous avez été abusé, il faut aller déposer une plainte au commissariat de police ou de gendarmerie, si possible en apportant tous les échanges et en expliquant par quel biais cette personne est entrée en contact avec vous.

Sur LocService, grâce à notre expérience de plus de 15 ans, nous avons mis en place des procédures de contrôles très strictes permettant de minimiser ce risque afin de protéger nos utilisateurs. Pour créer une demande de location sur LocService et bénéficier gratuitement de DossierFacile.fr, cliquez ici.