L’Observatoire de la Vie Etudiante a publié une nouvelle enquête sur les conditions de vie des étudiants : études, santé, argent, avenir, et bien sûr le logement. Nous allons décortiquer ici les chiffres de ce dernier point. En se basant sur 40911 réponses, l’OVE a établi un graphique sous forme de camembert représentant les différentes façons dont s’hébergent les étudiants :

Répartition des types de logements utilisés par les étudiants

On peut voir que l’hébergement chez les parents reste très important avec plus d’un tiers des étudiants au total, presque autant que la location de logement étudiant (seul ou en couple) qui représente 34 %. Ce dernier chiffre augmente nettement si on y ajoute les étudiants qui ont opté pour la colocation (12 %) dans le but de réduire leurs frais. La part de bénéficiaires des résidences universitaires reste faible (11 %), ce qui démontre une nouvelle fois le rôle prépondérant du parc locatif privé pour loger les étudiants.

La décohabitation augmente avec l’âge des étudiants : à partir de 21 ans, plus des deux tiers des étudiants ont quitté le domicile parental. Ce départ s’accompagne d’une baisse de la satisfaction vis-à-vis du logement : seulement un tiers des étudiants décohabitants se déclarent « très satisfaits » de leur logement contre un peu plus de la moitié des cohabitants. De façon globale, 74 % des étudiants se déclarent « satisfaits » ou « très satisfaits » de leur logement.

Loyers moyens et temps de trajet

L’OVE a également observé les loyers moyens payés par les étudiants ainsi que les temps de trajet moyens domicile-lieu d’études :

Loyers et temps de trajets moyens des étudiants

On constate donc que le loyer moyen, tous types de logements et de villes confondus, est de 425 €. Si celui-ci est calculé hors aides et hors résidences collectives, le compte-rendu de l’enquête ne précise pas si ce loyer est charges comprises ou non. Il explose littéralement lorsque l’on compare Paris avec les villes de province.

Quant au temps de trajet moyen, il est estimé à 30 minutes au niveau national mais atteint des sommets pour les étudiants résidant en petite et grande couronne de Paris. C’est malheureusement la solution que beaucoup d’entre eux doivent choisir afin d’échapper aux loyers extrêmement élevés de la capitale.

idea A savoir : L’été dernier, LocService a publié des études sur la demande en logements étudiants au niveau national et sur les principales villes universitaires : à consulter sur cette page.