Combien gagnent les ménages locataires de leur logement ? Grâce aux nombreuses données récoltées sur LocService.fr et ayant permis de publier l’Observatoire 2017 du marché locatif, nous dévoilons aujourd’hui un graphe résumant les revenus des locataires en France, et de comparer la province avec l’Ile-de-France.

Le graphe ci-dessous indique la répartition des locataires par tranche de revenu mensuel (tous types de revenus compris), sur la base de presque 88.000 demandes de locations enregistrées sur LocService.fr en 2016 :

Au niveau national, en moyenne près de 44 % des locataires gagnent entre 1000 et 2000 € par mois. Pour les plus modestes ils sont 5 % à gagner moins de 1000 €, un pourcentage qui chute à 1,39 % sur Paris, ce qui se comprend aisément lorsque l’on constate que le loyer moyen dans la capitale est de 1029 € charges comprises.

En France, les ménages les plus aisés (4000 € et plus) représentent un peu moins de 9 % des locataires, alors qu’à Paris ils sont bien plus nombreux : 1/4 des locataires ! De manière générale, la répartition des tranches de revenus est plus homogène à Paris (il y a autant de locataires gagnant 1000-1500 € que de locataires gagnant 2500-3000 €) qu’en Province où les revenus sont beaucoup plus concentrés sur la tranche 1000-2500 €.

Sur Paris, la tranche de revenus la plus représentée est celle des locataires gagnant entre 3000 et 4000 €.

Des loyers qui pèsent lourd dans le budget des parisiens

Malgré ces revenus très élevés dans la capitale, le taux d’effort (part du loyer dans le revenu global) y est aussi en général plus élevé qu’en province, en particulier pour les locataires couples (cf 2ème graphe ci-dessous). Par exemple un couple de cadres en province consacre en moyenne 24 % de ses revenus au paiement du loyer et des charges, alors que cette part grimpe à 29 % à Paris.

Les choses se compliquent d’autant plus pour les habitants de petite et grande couronne qui ne présentent pas les mêmes niveaux de revenus qu’à Paris. Un fonctionnaire a un taux d’effort en moyenne de 32 % en province contre 38 % en petite couronne parisienne, alors que ce taux redescend à 34 % dans Paris intra-muros.