En cette période d’actualité chargée, une très bonne nouvelle pour tous les jeunes vient d’arriver sans faire beaucoup de bruit. Pourtant, il s’agit d’une vraie avancée pour faciliter l’accès des jeunes au logement : à partir de fin septembre 2016, le dispositif de cautionnement « Visale » sera étendu à tous les moins de 30 ans peu importe leur situation. Ces derniers pourront donc louer même sans avoir de garant grâce à cette aide.

visaleQuand on est jeune et qu’on démarre dans la vie, on n’a pas toujours un CDI confirmé, et on n’a pas toujours un proche (voire deux) également en CDI et gagnant 3 fois le loyer pour se porter garant, comme le demandent beaucoup d’agences et de bailleurs. De nombreux candidats locataires se retrouvent ainsi bloqués dans leur recherche de logement à louer, ce qui bloque aussi souvent leur accès à l’emploi.

Face à ce constat, début janvier 2016 le gouvernement et Action Logement avaient inauguré une nouvelle aide gratuite : le dispositif Visale, qui sert de garant pour les locataires. Mais à l’époque, pour que les jeunes y aient accès, ils fallait qu’ils soient salariés (CDD ou CDI), ce qui en excluait évidemment une grande partie.

Souhaitant régler ce problème, la ministre du logement Emmanuelle Cosse et Action Logement ont signé hier un avenant pour étendre la garantie Visale à tous les jeunes de moins de 30 ans entrant dans un logement sans avoir besoin qu’ils soient salariés. Ainsi les jeunes non-salariés, les chômeurs et les étudiants pourront aussi bénéficier de ce coup de pouce, et ce toujours gratuitement. Cela inclut également les étudiants entrant en résidence universitaire dès lors que les logements ne sont pas conventionnés. En revanche, les étudiants non boursiers rattachés au foyer fiscal de leurs parents ne pourront pas y avoir accès.

L’élargissement du dispositif à ces nouveaux publics devrait entrer en vigueur au plus tard le 30 septembre 2016. Selon le communiqué d’Action Logement, sur environ 900 000 jeunes entrant annuellement dans le parc locatif privé, Visale peut bénéficier à 300 000 jeunes par an.

Cautionnement ne veut pas dire déresponsabilisation

Rappelons encore une fois que ce dispositif, bien qu’élargi et gratuit, ne dispense jamais le locataire de payer ses loyers ou ses dégradations (qui ne sont pas couvertes par Visale). En cas d’impayé, le propriétaire continue de percevoir ses loyers grâce à la garantie, mais le locataire doit rembourser sa dette auprès d’Action Logement.

Convaincre les bailleurs

Reste maintenant à faire connaître la mesure et à gagner la confiance des bailleurs, qui sont encore souvent plus rassurés avec une caution parentale. Pour ce faire, une campagne de communication sera mise en place dès la rentrée scolaire, et des partenariats seront mis en place avec des acteurs tels que la FNAIM ou l’UNPI.