Dans un récent communiqué, la Fondation Abbé Pierre fait un nouvel état du mal-logement en France à partir de chiffres de l’INSEE et de l’actualisation de données administratives. 4 millions de personnes n’ont pas de logement personnel ou vivent dans des conditions très difficiles. Outre ces situations les plus graves, 12,1 millions de personnes sont touchées à des degrés divers par la crise du logement.

Des chiffres qui montrent une « tendance à l’aggravation »

Parmi les 4 millions de victimes du mal-logement, 143.000 personnes vivent sans aucun domicile, 85.000 dans des habitations de fortune, et environ 670.000 dans des chambres d’hôtel ou chez des tiers de manière contrainte. A cela s’ajoutent près de 3 millions de personnes vivant en privation de confort ou en fort surpeuplement.

A des degrés moins graves, la fondation a également dénombré un peu plus de 12 millions de personnes en situation de fragilité au niveau de leur logement : copropriétés en difficulté, locataires en situation d’impayés (lire notre article sur les solutions pour s’en sortir), surpeuplement, précarité énergétique ou effort financier excessif.

Ce sont ainsi au total 14,6 millions touchées plus ou moins gravement par des problèmes de logement en France. Selon les auteurs, la plupart des indicateurs montrent une dégradation de la situation. Par exemple le nombre de personnes sans domicile a bondi de 50 % entre 2001 et 2012, et celui des personnes en hébergement contraint chez des tiers a augmenté d’environ 19 %. Le nombre de locataires en situation d’impayé semble stable, étonnamment, mais la précarité énergétique a augmenté (+44 % depuis 2006) ainsi que le nombre de personnes subissant un taux d’effort excessif. Les expulsions locatives ont elles aussi explosé, avec +33 % depuis 2006.

Résultats mitigés du quinquennat sur les questions du logement

La Fondation Abbé Pierre juge le quinquennat de François Hollande en « demi-teinte » en ce qui concerne les mal-logés. Si certaines mesures comme la loi ALUR et notamment l’encadrement des loyers sont vus d’un bon œil par la fondation, cette dernière juge encore la construction de logements sociaux insuffisante et dénonce des blocages budgétaires qui empêchent l’endiguement de la crise du logement en France.

Par la même occasion, la Fondation Abbé Pierre a présenté quinze propositions pour améliorer la situation dans le pays. Celles-ci s’articulent notamment autour d’un meilleur accès des plus modestes au logement social, à un meilleur accueil des sans-abris et des migrants, la prévention des expulsions locatives, lutter contre le logement indigne et les « passoires thermiques », renforcer l’encadrement des loyers et baisser le coût de la construction tout en augmentant les volumes.