berlinAlors que la France s’apprête à affronter l’Allemagne en quarts de finale de Coupe du Monde de football, chez LocService nous avons voulu nous pencher sur les niveaux des loyers dans les deux pays….

Le constat est pour le moins sans appel : nos amis d’outre-Rhin semblent moins souffrir du niveau des loyers que nous. Ainsi, le loyer moyen hors charges en Allemagne est de 6,26 € par mètre carré selon le site finblog.de, ce qui correspond en moyenne à 24 % du revenu net des ménages (22 % pour la tranche d’âge 30-59 ans) . En France, selon la dernière étude de LocService, le loyer moyen par mètre carré est de 12,65 € charges comprises (12,5 € hors charges selon Clameur), ce qui correspond à un taux d’effort de 27 % en moyenne. Celui-ci dépasse cependant les 40 % pour 22 % des locataires (chiffres INSEE 2011).

En Allemagne, la ville la plus chère n’est pas la capitale mais Munich, dont le loyer des appartements est en moyenne de 14,15 €/m² selon ce site. A Paris, ville la plus chère de France, le loyer des appartements atteint 29,71 €/m² (source). En revanche, à Berlin, leurs prix sont beaucoup plus modérés : 10,27 €/m².

Comment expliquer cette différence ?

Il est vrai que les locataires allemands ont la vie plus facile qu’en France, et bénéficient d’un cercle vertueux initié par l’abondance de l’offre : les logements n’étant pas rares, ils ne sont pas chers à l’achat, donc pas non plus à la location. Ainsi, les Allemands ne cherchent pas à devenir propriétaires à tout prix (43 % de propriétaires chez eux contre presque 60 % chez nous). Outre les loyers faibles, cette situation s’explique par un statut du locataire fortement protégé par la législation, des loyers rigoureusement encadrés, et une vision du logement différente. Par ailleurs, la population allemande est répartie de façon plus homogène qu’en France, où Paris occupe encore aujourd’hui une place très (trop ?) centrale : ceci limite également l’envolée des prix dans certaines zones. Du côté des bailleurs, les prix très modérés à l’achat en raison des nombreux biens disponibles permettent une meilleure rentabilité locative qu’en France, ce qui attire forcément les investisseurs.

Pour les entreprises et la compétitivité du pays, un fort taux de locataires est une aubaine car cela signifie une meilleure mobilité des salariés. Pendant ce temps, en France, une étude du Crédoc de 2012 montre que 40 % des entreprises sont concernées par les problèmes de logement de leurs salariés.