En déplacement vendredi à Ermont-Eaubonne, dans le Val-d’Oise, François Hollande a annoncé un « pacte » avec les acteurs du logement pour relancer l’investissement locatif et la construction.

En effet, pour faire face au manque de logements dans le pays et rassurer un secteur de la construction en berne, le Président a promis un ensemble de mesures fiscales et réglementaires pour attendre le fameux objectif de campagne : 500 000 nouveaux logements par an. Comment ? En faisant davantage appel à l’épargne privée via l’assurance vie ou le dispositif fiscal Duflot, mais aussi aux investisseurs institutionnels.

François Hollande a également promis de simplifier et de faciliter les procédures liées à la construction de logements et notamment de limiter les recours abusifs dont se plaignent les promoteurs immobiliers. En effet, ces derniers subissent une nouvelle forme de chantage,  qui consiste à faire déposer un recours contre un permis de construire par une société ou une association (le plus souvent fausse) et demander le versement de grosses sommes au promoteur, entre 50 000 et 300 000 €, contre l’abandon de ce recours. Beaucoup de victimes de ces escroqueries préfèrent payer la somme demandée afin de pouvoir continuer leur programme immobilier, plutôt que d’attendre le dénouement de la procédure judiciaire, toujours longue. On estime qu’environ 10 % des opérations sont victimes de ce genre de procédure sur l’ensemble du territoire, un chiffre qui monte même à 50 % sur Marseille. L’impact économique est évidemment énorme et c’est d’autant plus de logements qui tardent à voir le jour.

Enfin, le président a laissé entendre qu’il pourrait revenir sur la hausse de la TVA de 7 à 10 % pour le secteur HLM, prévue pour le 1er janvier 2014. « Ce débat aura lieu dans les prochaines semaines et l’arbitrage sera rendu en fonction des effets sur l’emploi », a ajouté François Hollande, qui était accompagné par la ministre du Logement Cécile Duflot.

« Nous avons un objectif (annuel) de 500.000 logements, il ne sera pas atteint en 2012 et donc nous avons ce devoir (…) d’atteindre cet objectif à la fin du quinquennat », a dit le chef de l’Etat. A l’heure actuelle, on estime à plus d’un million le nombre de logements manquants en France.