maison-mainsC’est une idée très (trop ?) répandue en France : louer, c’est jeter de l’argent par les fenêtres. Il est toujours préférable d’investir dans son logement pour se constituer un patrimoine. Mais à l’heure actuelle, tout ceci est-il encore vrai ?

L’époque où être propriétaire était une situation forcément plus enviable qu’être locataire est révolue. Du moins, c’est devenu très loin d’être aussi simple, et un achat d’immobilier aujourd’hui nécessite une mûre réflexion. Contrairement aux idées reçues, les avantages à être locataire sont nombreux, notamment :

  • meilleure mobilité, plus grande liberté : il est beaucoup plus facile et rapide de mettre fin à un bail que revendre un logement. Un locataire peut donc se rendre plus facilement disponible pour trouver un nouvel emploi dans une autre ville.
  • il n’a pas à rembourser les intérêts d’emprunt. Il peut éventuellement placer cet argent pour le faire fructifier.
  • il n’a pas à prendre en charge la taxe foncière
  • il n’a pas à assumer les réparations liées à la vétusté de son logement, aux mises aux normes, aux canalisations ou même aux éventuelles malfaçons.

Jean-Luc Buchalet, membre du Cercle des analystes indépendants, donne son avis sur la question dans la vidéo ci-dessous :

Aujourd’hui, dans un contexte où la hausse des prix n’est plus aussi fulgurante qu’au début des années 2000, la période pendant laquelle l’achat est moins intéressant que la location est très variable selon la ville mais bien présente. Si on parie sur une légère baisse des prix de l’immobilier (ce qui est tout à fait plausible au vu de sa surévaluation), à Paris, elle atteint 24 ans ! Remboursement des intérêts, taxe foncière, réparations, … Les dépenses supplémentaires que doivent supporter les propriétaires par rapport aux locataires sont conséquentes et ne doivent pas être oubliées.

Il convient donc de calculer le plus finement possible cette période de « non-rentabilité » avant de se lancer dans un achat, sous peine de faire une mauvaise opération. De manière plus globale, le rêve de l’accession à la propriété doit être désacralisé également car c’est une des causes des prix élevés du logement en France.