Comment faire face à des loyers impayés lorsqu’on est propriétaire ou locataire ? Ce type d’incident, qui touche 2 à 3 % des locations, peut devenir vite grave s’il n’est pas traité rapidement. Ce dossier vient donc vous éclairer sur les procédures à suivre, les recours possibles, et les aides disponibles pour solutionner ces impayés avant qu’il ne soit trop tard.

Définition d’un impayé de loyer

Que faire face aux loyers impayés ? Crédit image : achieveproperty.comJuridiquement, un locataire est en « impayé » dès lors qu’il n’a pas payé entièrement son loyer à la date prévue dans le bail, que ce soit dans le secteur privé comme le secteur social. Le bailleur est ainsi en droit d’entamer immédiatement une procédure devant les tribunaux, celle-ci pouvant aboutir à la résiliation de votre bail.
Cependant, dans la pratique, diverses procédures intermédiaires existent dans le but d’éviter la solution extrême de l’expulsion et de favoriser les solutions amiables.Pour les bénéficiaires des APL : aux yeux de la CAF, le locataire est en impayé s’il n’a pas réglé deux mois complets de loyer, ou bien trois mois résiduels si l’allocation est versée directement au bailleur. Si vous vous  retrouvez dans cette situation, la CAF peut suspendre les allocations, ce qui va donc creuser la dette envers le bailleur. Mieux vaut donc réagir au plus vite !

Que faire en cas de loyer impayé ?

Coté locataire :

  1. Prenez rapidement contact avec votre bailleur pour lui expliquer vos difficultés.
  2. Tentez une négociation avec lui pour demander à étaler votre dette dans le temps (ce qu’on appelle un « plan d’apurement »).
  3. Formalisez impérativement cet accord par écrit et respectez-le !
  4. Pour les bénéficiaires des APL : fournissez impérativement le plan d’apurement à la CAF pour le maintien de votre Allocation Logement. N’oubliez pas que vous pouvez vous renseigner gratuitement auprès de la CAF et de l’Adil de votre département sur la meilleure marche à suivre et les aides disponibles en fonction de votre situation.

Coté bailleur :

  1. Prenez immédiatement contact avec votre locataire lorsque vous constatez un impayé, afin de déterminer s’il s’agit d’un souci temporaire ou durable.
  2. Essayez d’établir ensemble un plan d’apurement comme vu précédemment. Si le locataire est face à des problèmes financiers qui ne lui permettent pas de continuer à honorer son loyer, une résiliation amiable du bail peut être envisagée au lieu de continuer à creuser la dette. Si cette solution amiable ne fonctionne pas ou si les impayés persistent :
  3. Envoyez un simple rappel de paiement à votre locataire défaillant (téléphone, mail, courrier simple).
  4. Si cette lettre reste sans effet au bout de 15 jours, envoyez une lettre de mise en demeure en recommandé avec accusé de réception au locataire ET à sa caution.
  5. En cas d’absence de réponse ou de refus de votre locataire, envoyez une demande de paiement par lettre recommandée avec accusé de réception à la caution. Si votre location bénéficie de la garantie Visale, n’oubliez pas de déclarer l’impayé pour pouvoir obtenir son remboursement (attention aux délais à respecter).
  6. Si ces démarches ne donnent rien, on passe alors à la procédure juridique :
    • Soit pour tenter de récupérer les loyers : vous devrez alors saisir le tribunal d’instance du lieu où se situe le logement. Le juge convoquera les parties et pourra se prononcer sur le paiement des loyers dus, en tout ou partie, ou bien accorder des délais à la caution. A savoir : pour les créances de moins de 4000 €, une procédure simplifiée par voie d’huissier est possible grâce à la loi Macron (lire cet article pour en savoir plus).
    • Soit pour entamer une procédure d’expulsion.

Locataires : les aides pour payer votre loyer

Le locataire qui connaît des difficultés à payer son loyer peut, si ce n’est pas déjà le cas, solliciter la CAF pour obtenir une allocation logement (APL, ALF ou ALS). Si ces difficultés font suite à un changement important dans la situation financière ou familiale du locataire, les allocations peuvent être réévaluées en cours d’année sans avoir à attendre le prochain calcul.

Si le locataire se retrouve dans une situation financière particulièrement précaire, il peut aussi se tourner vers le FSL (fonds de solidarité pour le logement) qui est un service institué dans chaque département français. Le FSL peut, entre autres, servir à rembourser les dettes locatives sous forme de subvention ou de prêt. Pour en bénéficier, il faut se renseigner auprès du CCAS (Centre Communal d’Action Social), de Caisse d’Allocations Familiales, ou bien de l’ADIL (Agence Départementale d’Information sur le Logement).

Propriétaires bailleurs : pour éviter les loyers impayés, protégez-vous ! Il existe des garanties proposées par l’Etat et Action Logement : la garantie Loca-Pass, destinée aux bailleurs personnes morales (HLM par exemple), et la garantie Visale destinée aux salariés et aux jeunes louant dans le parc privé.
Sinon, il existe aussi des assurances privées qui vous protègent non seulement des loyers impayés mais aussi des dégradations et des coûts de procédure. Pour les propriétaires inscrits sur LocService.fr, nous réservons une Offre Privilège permettant de bénéficier d’une assurance loyers impayés avec 1 mois de cotisation offert. Cliquez ici pour y accéder !