etudiantsLe gouvernement prépare un décret qui prévoit de revoir le calcul d’attribution des APL pour les jeunes en emploi précaire, ce qui aurait pour conséquence de les réduire. Une décision vivement décriée par les syndicats étudiants qui dénoncent une double peine à l’encontre des jeunes.

Une réduction de 750 € par an en moyenne

Nous en parlions déjà en octobre dernier : le gouvernement prépare un coup de rabot sur les APL en 2016, notamment en tenant compte du patrimoine des demandeurs, du loyer à payer, et de la situation réelle des demandeurs (et non pas à n-2) pour les actifs de moins de 25 ans.

C’est notamment cette dernière mesure qui a provoqué une levée de boucliers chez les deux principaux syndicats étudiants, l’UNEF et la Fage. Mise en application dès le 1er janvier 2016 si le décret est approuvé, cette mesure pourrait en effet faire perdre en moyenne 750 €/an d’APL à près de 150 000 jeunes.

Explication : jusqu’à présent, les jeunes actifs de moins de 25 ans en emploi précaire (CDD, intérim) bénéficient d’un mode de calcul avantageux pour leurs APL, à savoir qu’on ne prend en compte que leurs revenus d’il y a 2 ans. Ceci permet à un jeune de bénéficier du montant maximal d’aide au logement les deux premières années de son insertion (n-2 correspondant à sa situation d’étudiant-e ou de lycéen-ne et donc, a priori, à un revenu faible ou nul). Après le décret, ce sont les revenus actuels qui seront pris en compte, ce qui annulera donc cet avantage.

Une « absence de considération des difficultés » des jeunes

Dans deux communiqués quasi simultanés (voir celui de l’Unef et celui de la Fage), les syndicats montent au créneau en demandant au premier ministre Manuel Valls de ne pas signer ce projet de décret. Alors que les jeunes subissent déjà des difficultés d’accès à l’emploi, leur réduire les aides au logement revient à pénaliser encore plus leur accès à un emploi pérenne, car le logement est justement un des ingrédients de l’emploi.

« Ce n’est certainement pas en précarisant davantage les jeunes que l’abstention et le vote pour l’extrême droite vont reculer aux prochaines élections ! » proteste l’Unef. Touché…