Une enquête réalisée par l’Ifop pour le compte du magazine Acteurs Publics révèle que la population ne fait pas confiance aux nouvelles mesures introduites par l’administration dans le cadre de sa politique du logement.

Les Français réticents par rapport à la politique du logement

Ce sondage révèle dans ses conclusions que 82 % des personnes ayant répondu aux questionnaires de l’IFOP doutent de l’efficacité de la nouvelle politique du logement initiée par Cécile Duflot. Il faut noter que 17 % des Français vont même jusqu’à dire que le gouvernement n’a aucune chance d’atteindre les objectifs inscrits dans sa stratégie. Le magazine professionnel Acteurs Publics devait alors conclure que l’État risque de ce fait de gaspiller d’importantes ressources alors que les actions envisagées ne pourront qu’échouer. Toutefois, force est de noter que 28 % des plus jeunes (18-24 ans) et 12 % de la population de la tranche d’âge 24-34 ans font confiance aux mesures appliquées par l’administration.

Les aides ne profitent pas aux nécessiteux

La politique du logement de Cécile Duflot serait donc vouée à l’échec si l’on en croit à ces statistiques. Mais le magazine va encore plus loin dans son enquête. Cette structure révèle que 80 % des sondés jugent inappropriée la politique mise en œuvre actuellement par le gouvernement et que celle-ci ne permettrait pas d’aider les personnes nécessiteuses. En effet, la majorité des ouvriers, précisément 84 % estiment les mesures prévues ne toucheront pas du tout les familles souffrant réellement de mal logement. La population invite de ce fait le gouvernement à élaborer une stratégie mieux ciblée tenant compte de la réalité du marché du logement.

Comment limiter le déficit public

Le magazine Acteurs Publics ne s’est pas contenté de demander l’avis des Français sur l’efficacité de la politique du Logement. En effet, l’étude a permis de savoir que la population est prête à se passer de quelques aides touchant le secteur immobilier pour améliorer l’équilibre des finances publiques. Alors, les séniors (65 %) et les ruraux (45 %) ainsi que 47 % des cadres de haut niveau sont pour la suppression de l’AFIL (aides aux familles en impayés de loyer). D’autres estiment que l’État peut faire une coupe dans les subventions pour la fabrication d’habitations sociales ou mettre fin au PTZ.

Les Français se montrent peu enthousiastes par rapport à la stratégie mise en œuvre par l’État pour résoudre le problème du logement dans l’Hexagone. Les investisseurs sont toutefois conscients que les conditions du marché sont actuellement favorables pour concrétiser un projet d’acquisition immobilière.