Ce jeudi 24 mai 2018, le dispositif de cautionnement Visale met en œuvre une série de nouveautés qui vont permettre s’assouplir ses conditions d’éligibilité et d’utilisation. L’objectif : rendre cette aide plus accessible aux locataires afin de faciliter leur accès au logement. Parmi ces nouveautés, une ouverture à tous les jeunes de moins de 30 ans, même s’ils sont étudiants non-boursiers.

Logo VisaleAprès deux ans d’existence et « plus de 40 000 ménages logés« , Visale, le dispositif de cautionnement des loyers proposé par Action Logement, s’élargit vers de nouveaux publics et assouplit certaines de ses conditions. Voici donc ce qui change pour Visale à partir du 24 mai 2018 :

  • Désormais, les étudiants non boursiers rattachés au foyer fiscal de leurs parents peuvent aussi en bénéficier, ce qui n’était pas le cas avant (et qui pénalisait de nombreux étudiants). A noter que cela fonctionne aussi bien pour les bailleurs privés que pour les résidences étudiantes. Ainsi, Visale couvre maintenant tous les jeunes jusqu’à leurs 30 ans quelle que soit leur situation, même s’ils sont en recherche d’emploi.
  • Les loyers seront garantis sur toute la durée du contrat de location, dans la limite de 36 mensualités impayées pour les logements du parc privé. Jusqu’à présent, le dispositif ne couvrait que les 3 premières années du bail.
  • Visale s’élargit aux salariés de plus de 30 ans du secteur agricole. Ils en étaient exclus auparavant.
  • A partir de juin 2018, Visale s’étendra aussi à tous les salariés de plus de 30 ans en mutation professionnelle, y compris ceux en CDI confirmé.
  • Pour les étudiants de moins de 30 ans qui ne justifient pas de ressources, la garantie sera accordée dans la limite d’un loyer maximum de 800 € en région Ile-de-France et 600 € pour le reste de la France. Le plafond était fixé à 425 € avant.
  • Avant, le plafond de loyer à respecter pour être éligible était de 1500 € à Paris et 1300 € partout ailleurs. Ce plafond de 1500 € est désormais étendu à toute l’Ile-de-France.

Visale entend donc continuer de s’imposer comme la principale alternative au garant physique, notamment pour les candidats locataires qui n’ont pas la chance de pouvoir en présenter un au bailleur. Il remplace d’ailleurs désormais la garantie « CLE » (caution locative étudiante) anciennement gérée par les Crous.