En septembre dernier, le gouvernement annonçait un gel des aides au logement (APL et ALS) dans son projet de loi de finances pour 2014 afin d’économiser 177 millions d’euros. Mais depuis, la situation s’est inversée en faveur des bénéficiaires et un compromis a été trouvé. Explications.

Pour les quelques 6,4 millions d’allocataires, ce gel annoncé signifiait que contrairement aux années passées, les aides au logement ne seraient pas revalorisées au 1er janvier 2014. Heureusement pour eux, la commission des affaires économiques s’était opposé à cette mesure début novembre, et en fin de semaine dernière un compromis a été trouvé afin de satisfaire à la fois un gouvernement soucieux d’alléger ses dépenses et des ménages craignant pour leur pouvoir d’achat.

La solution qui a été adoptée est de revaloriser effectivement les aides au logement en 2014, mais de ne le faire qu’au 1er octobre et non au 1er janvier. L’augmentation prévue des aides sera de 0,9% (indexée sur l’IRL) et ce report devrait tout de même permettre une économie de 56 millions d’euros par rapport à une application au 1er janvier.