L’observatoire Clameur (Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux) vient de publier un nouveau dossier sur la conjoncture du marché locatif privé à fin octobre 2014. On y apprend que malgré une demande modérée, les loyers français augmentent globalement plus que l’inflation par rapport à 2013. Analyse des résultats de cette étude.

Une demande locative déprimée…

Si l’activité locative a été, comme d’habitude, la plus intense entre le mois de juin et celui de septembre, cette année la saison d’été n’a pas connu le même dynamisme que les années précédentes. La montée du chômage et les inquiétudes sur le pouvoir d’achat plombent la demande locative, et sur les 10 premiers mois de l’année Clameur constate une mobilité résidentielle encore en baisse. Celle-ci s’établit à 26,2 % en 2014 contre 26,7 % en 2013, la moyenne étant de 27, 9 % entre 1998 et 2014.

mobilite-residentielle-nov2014

Étonnamment, les plus forts reculs de mobilité ne se font pas là où les loyers sont les plus élevés, mais au contraire sur les régions où les loyers sont parmi les moins élevés : Bourgogne, Franche-Comté ou Limousin par exemple. Ceci  étaye la thèse selon laquelle la baisse de la demande s’explique par d’autres facteurs que le simple niveau des loyers.

Par ailleurs, Clameur souligne un autre point intéressant : l’offre locative privée nouvelle (présentée chaque année sur le marché) s’est contractée de près de 120 000 unités depuis 2011. Il y a donc un risque de renforcement de la tension locative qui existe déjà dans les grandes métropoles du fait d’une offre qui se raréfie. On peut s’inquiéter de l’impact de l’encadrement des loyers à Paris sur les propriétaires bailleurs qui vont voir leurs recettes locatives baisser et qui risquent de se désengager de ce type d’investissement, accentuant encore plus la tension locative.

Astuce : pour évaluer la tension locative dans votre ville et estimer la facilité à trouver une location ou un locataire, essayez notre Tensiomètre Locatif.

…mais des loyers toujours en hausse

Durant le début de l’année 2014, les loyers n’ont pas beaucoup progressé, en revanche depuis septembre et octobre la hausse s’est accélérée. Ainsi, fin octobre, la progression des loyers est de +1,5 % (comparé à 2013) pour une inflation de +0,7 %.

Cette hausse reste cependant bien faible lorsqu’on la compare à celles que l’on pouvait observer au début des années 2000. Ainsi, entre 1998 et 2006, la moyenne des évolutions de loyers se situait à +4 % !

variation-des-loyers-nov2014

Les locataires des régions Bourgogne et Picardie sont les plus heureux car ce sont eux qui observent les baisses de loyers les plus prononcées (respectivement -0,9 % et – 2,2 %) ; en revanche, on constate les plus fortes hausses en Aquitaine (+ 2.0 %), en Auvergne(+ 2.5 %), en Ile de France (+2.1 %), en Lorraine (+ 2.1 %), en PACA (+ 1.8 %) et en Rhône-Alpes (+ 2.2 %). Pour consulter les évolutions de loyers au niveau des principales villes de France, cliquez ici.

Par ailleurs, les hausses de loyers concernent plus les grands logements que les petits, comme le montre le graphe ci-dessous :

variation-des-loyers-par-type-nov2014

warningAvertissement : Clameur, qui a édité cette étude, observe les loyers hors charges. Tous les loyers exprimés ici et leurs évolutions s’entendent donc sans les charges, contrairement aux chiffres des différents observatoires provenant de LocService qui sont toujours exprimés charges comprises afin de mieux correspondre à la réalité. Pour cette raison, les données peuvent varier d’une source à l’autre.