Une récente étude est parue afin d’évaluer les premiers résultats de l’encadrement des loyers à Lille, qui est en vigueur depuis le 1er février 2017. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les propriétaires lillois ne semblent pas vraiment pressés d’appliquer la législation…

LilleUne étude réalisée par JDN/Meilleursagents.com révèle que l’encadrement des loyers à Lille est loin d’avoir l’effet escompté, du moins pour le moment. Pas moins d’une petite annonce sur quatre ne respecte pas la règle et se retrouve donc au-dessus du loyer majoré de la zone.

La mesure d’encadrement des loyers n’a en fait visiblement pas bouleversé le marché locatif lillois puisque sur la période précédente (entre le 1er janvier 2016 et le 1er février 2017), on comptait la même proportion d’annonces situées au-dessus du plafond. Un phénomène qui semble assez contradictoire à ce qui avait été observé à Paris lors de l’arrivée de l’encadrement le 1er août 2015 : le nombre d’annonces « en faute » était passé de 46 % à 30 % en trois mois. A Lille ce sont les propriétaires de petites surfaces qui sont les plus mauvais élèves : 31 % des annonces de studios étaient en excès contre 19 % pour les deux-pièces.

Si l’encadrement des loyers n’affecte pas le marché locatif, l’étude souligne qu’il a peut-être un impact un peu plus prononcé sur le prix des biens immobiliers à l’achat : « Lille fait partie des seules grandes villes de France, avec Montpellier (-0,3%), qui voient ses prix de l’immobilier baisser depuis le début de l’année (-0,8%) alors que les conditions macro-économiques sont très favorables au marché immobilier », soulignent les auteurs de l’étude. Les prix ont également baissé de 1,8% sur les trois mois précédant l’annonce officielle de la mise en place du dispositif, en décembre 2016. Comme si les investisseurs, découragés par l’arrivée d’une mesure qui grèvera un peu plus la rentabilité de leur bien, se repliaient sur d’autres villes…