Mandat_cash_urgentElles croyaient avoir trouvé l’appartement idéal sur Leboncoin.fr : 28 mètres carrés, rue Barthélémy-Delespaul à Lille, « clair et calme » pour 320 euros par mois, charges comprises. Au final, elles se sont fait arnaquer de 975 €

Coin-cuisine, salle de bains, double vitrage, chauffage électrique… L’appartement a paru « génial » à une mère et sa fille qui croyaient avoir trouvé une bonne affaire dans les petites annonces du Bon Coin le 10 août dernier. Elles contactent alors le propriétaire et conviennent d’un rendez-vous quatre jours plus tard pour visiter et éventuellement conclure le bail.

Problème : avant la visite, l’auteur de l’annonce demande aux deux Raismoises de rassembler les justificatifs habituels et de lui envoyer un mandat cash urgent de  640 euros. Le mail précise : « Je ne vous demande pas de me payer sans avoir visité, mais plutôt de me garantir votre intérêt pour la visite. « . Il demande également une photo de ce mandat. Dans un autre mail, il ajoute : « N’allez pas à la Poste pour parler de vos intentions de louer un logement, afin d’éviter les surtaxes commerciales.« . Le but de la manœuvre est en fait d’éviter que les victimes soient dissuadées, au bureau de Poste, d’utiliser ce moyen de paiement pour réserver ou garantir un logement.

Voyant que l’arnaque fonctionne, les propriétaires rappellent pour demander un second versement de 335 €, soi-disant une avance sur loyer. Comme la fois d’avant, ils demandent la photo du mandat. Les victimes s’exécutent une nouvelle fois.

Le jour du rendez-vous, l’auteur de l’annonce ne s’est bien sûr pas présenté. La mère, comprenant ce qui se passait, est tout de suite allée voir la police et bloqué sa carte bleue, mais trop tard.

L’arnaque au mandat cash : un classique qui fait encore des victimes

Les arnaques au mandat cash sont pourtant bien connues et se déroulent toujours de la même manière que celle-ci. D’ailleurs, sur LocService.fr, chaque nouveau locataire reçoit un document pour le sensibiliser à ce problème qui touche la plupart des sites de petites annonces. Nous avions également déjà rédigé un article sur les pièges à éviter lors d’une location immobilière, mentionnant celui du mandat cash. Mais malgré les nombreuses mises en garde dans les médias, certaines personnes se font encore avoir. Pire : selon le journal La Voix du Nord, qui raconte cette histoire, même le juriste à l’Union régionale des organisations de consommateurs a déclaré qu‘il entendait parler de ce genre d’arnaque pour la première fois dans le domaine du logement. Même chose pour Ludovic Duprey, procureur de la République adjoint au tribunal de grande instance de Valenciennes.

Conclusion : encore une fois, il faut à tout prix fuir les versements par mandat cash pour réserver ou garantir une location, et de manière générale il est interdit de demander une somme d’argent avant d’avoir signé le contrat de bail.