Grâce à ses données récoltées en 2018, LocService.fr dresse un état des lieux du marché locatif privé des principales villes de France. Aujourd’hui nous étudions la ville de Lyon : loyer moyen, types de biens les plus loués, demande par arrondissement,… Des informations qui intéresseront aussi bien les locataires que les propriétaires ou investisseurs.

Pas le temps de tout lire ? Découvrez cette étude sous la forme d’une infographie ! Cliquer ici

690 € en moyenne pour se loger à Lyon

Rappelons d’abord que Lyon compte 64 % de locataires (chiffre INSEE). Selon l’étude LocService.fr, le loyer moyen charges comprises pour se loger à Lyon est de 690 € pour 39 m² en moyenne, ce qui correspond à un ratio de 17,58 €/m², en augmentation de 3,95 % par rapport à 2018.

Comparé au reste de la France, le loyer moyen au mètre carré sur Lyon est supérieur à la moyenne provinciale (12,17 €/m²) mais l’écart reste conséquent par rapport à la capitale : Lyon est moitié moins chère que Paris.

Loyers à Lyon en 2018 selon les types de biens

Les chambres se louent en moyenne 438 € pour une surface de 14 m2, les studios 533 € pour 24 m2 et les appartements T1 592 € pour 32 m2. Pour les appartements T2, la surface constatée est de 45 m2 et le loyer moyen de 748 €, un T3 de 66 m2 se loue 946 € et les très grands appartements se sont négociés en moyenne 1191 € charges comprises. Pour se faire une idée du budget à consacrer selon les types de logements, LocService.fr propose un simulateur dédié à Lyon disponible ici.

Si l’on compare le loyer moyen charges comprises des neuf arrondissements de Lyon, le 2e est le plus cher au mètre carré (19,57 €/m²), suivi du 6ème, chic et huppé, et du 1er réputé pour son côté branché et vivant. A l’inverse, le 9ème arrondissement, plus récent, est le moins cher (15,99 €/m²). La commune voisine de Villeurbanne se situe, elle, à 16,56 €/m².

Loyers des arrondissements lyonnais en 2018

Les petites surfaces en tête des locations

Le marché locatif lyonnais semble favoriser les studios et T1, qui représentent 41 % des locations réalisées sur l’année 2018. Ils bénéficient notamment de la demande des étudiants qui sont plus de 155.000 à habiter dans l’agglomération. Quant aux appartements T2, ils affichent également une part importante des locations avec 27  %. Plébiscités par les étudiants et les jeunes actifs, les logements meublés représentent 52 % des locations réalisées dans l’année (hors « locations meublées touristiques »).

Types de biens les plus loués à Lyon en 2018

Où la demande locative est-elle la plus forte à Lyon ?

A Lyon, les locataires du parc privé recherchent le plus souvent dans le 3e arrondissement, le plus peuplé de la ville. C’est là que se trouve le très animé quartier de la Part-Dieu, considéré comme le second centre-ville de Lyon. Le 3e arrondissement est également proche des universités.

Le 7e arrondissement est également très souvent recherché, grâce à des loyers relativement abordables, un cadre de vie apprécié (notamment les quais), et la présence de certaines grandes écoles comme l’ENS.

Le 5ème et le 4ème arrondissement sont les moins souvent recherchés en raison notamment d’un taux de rotation plus faible.

Carte de la demande locative à Lyon en 2018.

Carte de la demande locative à Lyon en 2018. Les arrondissements les plus foncés sont les plus souvent demandés par les candidats locataires.

Le profil des candidats locataires

Le budget moyen des locataires pour se loger à Lyon est de 697 € et est presque identique au loyer moyen, signe d’un marché relativement tendu. Bien sûr, cela peut varier selon les recherches et la période. En effet, 50 % des recherches émanent d’étudiants avec une forte saisonnalité en juillet-août.

Sur Lyon, 26 % des locataires recherche un logement entre 500 et 600 €. 33 % des candidats sont des hommes seuls, 43 % sont des femmes seules, et 25 % des couples. Lyon capte à elle seule 68 % des recherches de location dans le département du Rhône.

A Lyon, les demandes des locataires se répartissent à 53 % pour les appartements, 46 % pour les petits logements sans chambre indépendante et 1 % pour les maisons. Parmi les personnes habitant déjà à Lyon, 70 % souhaitent y rester et 5 % préfèrent déménager vers Paris.