casa-immoHier et aujourd’hui se tient, au Tribunal de Grande Instance de Paris, le procès de la société Casa Immo qui vendait des listes d’annonces obsolètes à des étudiants.

Les marchands de listes, pourtant largement décriés depuis de nombreuses années, continuent de faire des victimes, principalement des étudiants. Profitant de leur ignorance du marché et de la pression de trouver vite un logement, ces agences vendent des listes d’annonces souvent périmées ou non conformes aux critères du candidat, pour des prix allant de 250 à 290 €.

Cette fois-ci, c’est au tour de l’enseigne Casa Immo de rendre des comptes. Souvenez-vous : c’est une des treize enseignes qui avait été visées par la plainte de l’association UFC-Que Choisir en 2012 pour pratiques commerciales trompeuses, que nous vous racontions dans cet article. En parallèle, rassemblés par l’association étudiante La Fabrique qui s’est portée partie civile, plusieurs dizaines d’étudiants « arnaqués » par cette officine, ont déposé plainte. Au total, 99 plaignants ont été recensés.

Depuis hier donc, de nombreux étudiants sont venus raconter leur mésaventure à la barre. Nastazia, étudiante en communication à la Sorbonne, a payé en 2011 avant même de recevoir la liste. Sur la douzaine d’annonces, «une seule correspondait véritablement à mes critères de recherche», a-t-elle expliqué. Sur les autres, «la superficie n’était pas la bonne, le loyer était supérieur à ce que je demandais» et «la plupart du temps, les propriétaires m’indiquaient que le logement était déjà loué». Quand elle s’est adressée à l’agence pour obtenir des explications, celle-ci a «fait mine de ne pas comprendre». Une autre plaignante raconte : «Étudiante j’avais un petit budget, on m’a assuré que j’aurais un logement. Mais quand j’ai appelé, le logement était loué depuis plus de 2 semaines et le propriétaire m’a dit qu’il ne travaillait pas avec Casa Immo», poursuit-t-elle. Un autre renchérit : «Celui-là était loué depuis 6 mois». Dans la liste de Karim, qui était doctorant à la Sorbonne, ne figurait qu’une seule annonce. Au bout du fil, «une dame qui ne comprenait rien». Par ailleurs, d’autres étudiants ont découvert que des annonces que Casa Immo annonçait comme des « exclusivités » se retrouvaient en fait sur des sites internets, étaient déjà louées, et que les propriétaires n’avaient signé aucun contrat avec l’agence.

A savoir : l’agence Casa Immo est rebaptisée aujourd’hui « Eden Immobilier ».

La loi Alur, entrée hier en vigueur, devrait aider à mieux encadrer ces pratiques plus que douteuses.

idea Vous cherchez un logement étudiant ? LocService vous aide à trouver rapidement une chambre, un studio, ou un appartement partout en France pour votre stage ou vos études, sans frais d’agence…ni de marchand de listes. Déposez votre demande de location dès maintenant en cliquant ici.