Comme chaque année, LocService.fr publie son observatoire sur le marché locatif privé français de l’année passée. A partir des données collectées anonymement au niveau national en 2018, LocService.fr a étudié différentes données telles que loyer moyen, prix au m², profil des locataires, activité locative ou encore villes les plus recherchées.

Loyers à Paris, en petite/grande couronne et en province en 2018633 € : le loyer moyen en France dans le parc privé en 2018

Globalement, en 2018, la surface moyenne des logements loués en France était de 46 m2 et il fallait dépenser en moyenne 633 € par mois charges comprises pour se loger. C’est 2 € de plus qu’en 2017. Ramené au mètre carré, le loyer moyen est de 13,91 € et augmente modestement de 0,36 % par rapport à l’année dernière.

Bien sûr, ces chiffres cachent de fortes disparités. Ainsi, par rapport à la province, l’Ile-de-France est quasiment deux fois plus chère en termes de loyer au mètre carré, et Paris est trois fois plus chère.

On constate une augmentation sensible des loyers à Paris par rapport à l’année 2017 (+3,13 %) avec un montant de 35,13 €/m² ; une hausse qui trouve sans doute son origine dans le retrait de l’encadrement des loyers intervenu en novembre 2017, et amplifié par l’impact négatif des locations Airbnb qui « vident » le parc de locations classiques disponible. On peut également noter que les prix ont augmenté moins vite en grande couronne parisienne qu’en petite couronne, qui devient plus attractive avec le projet du Grand Paris.

Mais la capitale est loin d’être l’endroit où les prix ont le plus flambé. Parmi les grandes villes françaises, c’est à Bordeaux que l’on observe la hausse la plus spectaculaire avec +6,77 % sur le loyer moyen. Cette  situation s’explique par une pénurie de logements qui s’aggrave, comme nous allons le voir plus bas. Parmi les autres villes ayant fortement augmenté (de +3 % à +5%) se trouvent Brest, Metz, Poitiers et St-Etienne : dans ce cas, il s’agit plutôt d’un phénomène de rattrapage, ces villes étant peu chères à la base. A l’inverse, Tours et Avignon connaissent les plus fortes baisses, respectivement -1,36 % et -1,75 %.

Les loyers constatés charges comprises selon le logement

Les loyers en 2018 selon le type de logementEn moyenne, les chambres se louent 411 € pour une surface de 14 m2 et les studios/T1 501 € pour 25 m2. Pour les appartements T2, la surface constatée est de 43 m2 et le loyer moyen de 647 €. Un T3 de 64 m2 se loue 770 € et les 4 pièces se louent 880 € charges comprises en moyenne. Les maisons se louent 826 €, allant en moyenne de 647 € pour les plus petites jusqu’à 939 € pour les plus grandes.

En alternative à la location classique, la colocation reste un moyen particulièrement économique pour se loger : il faut compter en moyenne 426 € par mois pour une chambre en colocation, moins chère qu’un studio et offrant généralement un meilleur confort de vie grâce aux espaces communs.

Les logements les plus loués en France en 2018

Les types de biens les plus loués en France en 2018Les appartements d’une pièce (studios et T1) restent les types de biens les plus loués avec près d’un tiers des locations réalisées en 2018. Ils sont suivis par les appartements T2 qui représentent 27 % du marché. Les grands appartements (2 chambres ou plus) sont également recherchés, notamment pour la colocation, et représentent 24 % des locations réalisées sur le site. Le marché des maisons se stabilise à 9 % des logements loués.

Plébiscités par les étudiants et les jeunes actifs, les logements meublés représentent 37 % des locations. LocService.fr ne propose pas de locations de courte durée type Airbnb, ces dernières ne sont donc pas comptabilisées dans ce chiffre.

30 % de l’activité locative concentrée sur 7 départements

Carte de l'activité locative en France en 2018Les données récoltées par LocService.fr permettent d’établir une carte de l’activité locative. On constate que les départements dans lesquels les locations ont été les plus nombreuses (zones de couleur foncée) sont :

  • les Bouches-du-Rhône (13) : 6,13 %
  • le Nord (59) : 4,90 %
  • Paris (75) : 4,32 %
  • l’Hérault (34) : 3,93 %
  • les Alpes-Maritimes (06) : 3,82 %
  • la Haute-Garonne (31) : 3,63 %
  • le Rhône (69) : 3,27 %

Ces sept départements concentrent 30 % de l’activité locative française. Il est intéressant de noter également que l’Ile-de-France représente à elle seule 18,8 % des locations réalisées en 2018 et que plus de la moitié (51,46 %) de l’activité se fait sur seulement 16 départements. 

Quelles sont les villes les plus recherchées et les plus « tendues » ?

LocService.fr a établi le classement (ci-contre) des 10 villes françaises les plus recherchées en 2018 par les candidats locataire. A noter que 33 % des recherches se focalisent sur l’Ile-de-France.

Cependant si l’on s’intéresse à la tension locative (ci-dessous), c’est-à-dire la difficulté à trouver un logement à louer dans une ville, ce classement change quelque peu : Bordeaux se retrouve de loin à la première place avec en moyenne 6,4 demandes pour 1 offre. Elle est suivie par Lyon (3,9) puis Paris (3,1).

Classement des villes françaises selon la tension du marché locatif en 2018

 Le profil des locataires en recherche d’un logement

Au niveau national, 30 % des locataires en recherche sont des couples, qui disposent d’un budget moyen de 887 € charges comprises pour se loger, alors que les femmes seules représentent 40 % des personnes en recherche. Elles ont un budget de 653 €. Les hommes seuls (30 %) disposent d’un budget moyen de 641 €.  Plus globalement, le budget moyen de l’ensemble des locataires s’établit à 719 €, soit 86 € de plus que le loyer moyen. Les étudiants représentent toujours une part importante des recherches : environ un tiers des candidats locataires (32 %) en 2018 étaient étudiants.

 Dans une période où la question du pouvoir d’achat est sur le devant de la scène, intéressons-nous à la part du budget logement des locataires qui vivent seuls. Les données LocService nous permettent de connaître leur taux d’effort selon les catégories socio-professionnelles :

  • Cadres : 29,11 %
  • Retraités : 31,84 %
  • Fonctionnaires : 33,85 %
  • Intérimaires : 36,30 %
  • Employés : 39,08 %

Les employés sont ceux pour qui le logement pèse a priori le plus lourd dans le budget, alors que, sans surprise, les cadres sont ceux qui ont le moins de difficultés à supporter ce poste de dépense. Rappelons que celui-ci ne devrait, dans l’idéal, pas dépasser 33 % des revenus.

Retrouvez tous ces chiffres dans notre infographie à télécharger ici.