A l’occasion du Salon immobilier de Rennes, qui se tient ce week-end au Parc des Expositions, LocService.fr fait un point sur le marché locatif rennais grâce à un échantillon de plus de 1.200 offres ou demandes de locations réalisées à Rennes sur l’ensemble de l’année 2015. Quels sont les prix et les budgets des locataires ? Quels sont les biens les plus loués ? Quel est le profil des candidats ? Réponses dans cette étude…

observatoire-2016-rennes-800Pour cette étude, nous avons créé une infographie pour rendre sa consultation plus ludique. Cliquez sur l’image ci-contre pour la voir en grand !

Rennes reste moins chère que Nantes

Le loyer des principales villes bretonnes en 2015Le loyer moyen charges comprises pour se loger à Rennes est de 498 €, soit 28 € de plus qu’en 2014. Il ne faut cependant pas y voir une flambée des prix, mais tout simplement un volume plus important de grands logements loués sur LocService.fr par rapport à l’année précédente qui font naturellement augmenter le loyer moyen. Par contre, lorsqu’on se réfère au loyer moyen par mètre carré, on constate au contraire une diminution de – 2,10 %, en partie due justement à cette recrudescence des locations de grandes surfaces.

Si on compare les principales villes de la région Bretagne, Rennes est la grande ville la plus chère, mais également la plus peuplée. Les autres, relativement abordables par rapport au reste de la province, ne dépassent pas les 11 € le mètre carré, voire moins de 10 € pour Saint-Brieuc et Brest qui sont pourtant des pôles universitaires. En termes de loyer, Rennes se situe légèrement en-dessous de Nantes dont le loyer moyen charges comprises s’établit à 14,28 €/m².

Le loyer moyen de la région se situe en 2015 à 471 €, contre 499 € au niveau de l’Ille-et-Vilaine. Au niveau départemental, on observe que 72 % des locataires qui souhaitent s’installer en Ille-et-Vilaine recherchent en priorité sur Rennes, ce qui illustre la forte attractivité de la ville.

Le loyer moyen à Rennes est inférieur à la moyenne provinciale (498 € contre 564 €). Par comparaison, se loger en Ile-de-France coûte 75 % de plus qu’à Rennes et même 104 % de plus si on souhaite se loger à Paris.

30 % des locations sont des studios

Rennes est très active sur le marché locatif des petites surfaces (chambres, studios et T1) qui représentent 53 % des locations réalisées sur un an. Le type de bien le plus loué est d’ailleurs le studio avec 30 % du marché à lui seul, bénéficiant de la forte demande des étudiants qui sont près de 60.000 à habiter dans la ville. A noter que 23 % des logements loués sont des appartements T2 proposant une chambre indépendante. Les locations de grands appartements sont limitées à 6 % du marché rennais et 2 % pour les maisons, ce qui peut s’expliquer facilement par le faible taux de rotation pour les logements de grande surface dont les locataires sont plus stables. Plébiscités par les étudiants et les jeunes actifs, les logements meublés représentent 35 % des locations réalisées.

Le graphique ci-dessous montre les variations de loyer à Rennes selon le type de bien : de 327 € pour une chambre de 14 m² à 854 € pour une maison.

Loyers moyens à Rennes en 2015 selon le type de bien

Le profil des locataires rennais

Le budget moyen des locataires à Rennes est de 540 € et reste supérieur aux loyers pratiqués, signe d’un marché locatif relativement peu tendu. Bien sûr, cela peut varier selon les recherches et la période. Ainsi 62 % des recherches émanent d’étudiants avec une forte saisonnalité en juillet-août.

profil-locataires-rennes-2015Sur Rennes, 60 % des candidats ont un budget inférieur ou égal à 500 €, et un tiers ont leur budget compris entre 400 et 500 €. Ils sont moins de 1 % à disposer d’un budget supérieur à 1.000 € par mois, contre 27 % à Paris.

Les demandes des locataires rennais sur LocService.fr se répartissent à 42 % pour les appartements, 54 % pour les petits logements (sans chambre indépendante) et 4 % pour les recherches de maisons. La moitié des locataires en recherche habitaient déjà à Rennes mais la ville a attiré également 12 % de Parisiens et 2 % de Bordelais.