Le saviez-vous ? Depuis le mois de mars, l’Agence nationale de l’habitat (Anah) propose une nouvelle aide appelée « Habiter Mieux – Copropriété » à destination des copropriétés fragiles afin de les inciter à engager des travaux de rénovation énergétique. Cette aide peut aller jusqu’à 5.430 euros par logement, que son occupant soit propriétaire ou locataire.

Logo Habiter Mieux - CopropiétéDepuis le 1er mars 2017, l’Anah propose une nouvelle aide collective pour financer les travaux de rénovation énergétique de copropriétés dites « fragiles », c’est-à-dire qui présentent d’importants impayés de charges et dont l’étiquette énergétique est comprise entre D et G. Le programme de travaux doit permettre un gain d’énergie d’au moins 35 %, et peut concerner par exemple la réfection du système de ventilation, l’isolation de la toiture terrasse, l’isolation thermique, l’isolation des façades avec de la laine de roche, l’installation de robinets thermostatiques, etc.

Cette aide comprend 2 subventions :

  • La prise en charge d’une assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) : jusqu’à 180€ par logement.
  • Une aide financière pour les travaux, pouvant atteindre jusqu’à 25% du montant total des travaux HT. L’aide de l’Anah est de 5 250 € maximum par logement.

Pour bénéficier de l’aide « Habiter Mieux – Copropriété », la copropriété doit :

  • être inscrite au Registre d’immatriculation des copropriétés ;
  • avoir été construite avant le 1er juin 2001. Cette date correspond à la réglementation thermique RT 2000 ;
  • comporter au minimum 75% de lots d’habitation occupés en résidence principale ;
  • avoir son étiquette énergétique évaluée entre D et G ;
  • avoir un budget prévisionnel annuel affichant un taux d’impayés de charges compris entre 8% et 15% pour les copropriétés de plus de 200 lots, ou compris entre 8% et 25% pour les copropriétés de moins de 200 lots.

Cette aide présente entre outre deux avantages de taille, à savoir qu’il n’y a aucune condition de revenus pour les occupants des logements concernés, et qu’elle est cumulable avec d’autres subventions :

  • aides locales qui peuvent être proposées par le conseil régional ou le conseil départemental, l’intercommunalité, la commune ;
  • Crédit d’impôt transition énergétique (CITE) ;
  • éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) ;
  • éco-prêt à taux zéro collectif (éco-PTZ collectif).

30 000 logements pourront ainsi bénéficier de cette aide collective en 2017, pour un budget de 147 millions d’euros.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’Anah.