Selon le dernier baromètre Lodgis, de nombreux propriétaires qui louaient leur appartement à Paris sous le régime du meublé touristique avec Airbnb commencent à se tourner désormais vers la location meublée classique (temporaire ou en résidence principale). En cause : l’obligation depuis décembre 2017 d’obtenir un numéro d’enregistrement auprès de la Mairie de Paris pour les locations touristiques, et de l’afficher dans les annonces.

« Nous continuons à avoir massivement des meublés touristiques illégaux.« , déclarait l’année dernière Ian Brossat, adjoint (PCF) à la maire de Paris chargé du Logement. Pour enrayer ces abus liés aux locations touristiques non déclarées dans la capitale, la mairie de Paris a serré la vis en décembre dernier en imposant l’obtention d’un numéro d’enregistrement qui doit être affiché dans toutes les petites annonces, y compris celles passées sur Airbnb.

Par conséquent, une partie des loueurs d’appartements cherche forcément à régulariser sa situation. Et là, deux options s’offrent à eux :

  • continuer à louer en saisonnier : au-delà de 120 jours par an, le bien doit être déclaré en résidence secondaire et obtenir une autorisation pour être loué en meublé touristique, ce qui est particulièrement délicat.
  • changer de régime locatif et opter pour la location meublée classique, c’est-à-dire avec un bail de 1 an renouvelable ou un bail étudiant.

Le baromètre Lodgis affirme que « suite à la mise en place du numéro d’enregistrement à Paris, de nombreux propriétaires qui louaient en meublé touristique se tournent aujourd’hui vers la location meublée temporaire ou en résidence principale« , bien que ce phénomène de basculement vers le meublé ne soit pas réellement quantifiable à l’heure actuelle. Ce qui est sûr, c’est que la location meublée présente toujours de sérieux avantages par rapport à la location nue : avantages fiscaux, loyers plus élevés, plus grande souplesse.

La très forte demande de meublés en Ile-de-France

Pour mettre son appartement en location à Paris, mieux vaut opter pour le régime meublé : selon le dernier observatoire réalisé par LocService dans la capitale en 2017, pas moins de 65 % des locations qui y ont été réalisées se sont faites en meublé ! Il s’agit de l’un des taux les plus élevés (si ce n’est le plus élevé) de France. Etudiants, jeunes travailleurs, cadres en mission temporaire,… Les candidats intéressés par ce type de location ne manquent pas.

Vue sur les toits de Paris