Entre l’indice de référence des loyers qui voit son augmentation ralentir et l’encadrement des loyers qui se confirme en 2013, le début d’année semble être plutôt clément pour les locataires. Explications…

La hausse de l’IRL pour janvier

L’indice de référence des loyers (IRL) pour le quatrième trimestre 2012 a été publié par l’INSEE le 11 janvier dernier. Il atteint 123,97, soit une augmentation de 1,88% sur un an. Pour rappel, l’IRL n’a cessé d’augmenter depuis le premier trimestre 2010, mais il s’agit là de sa plus faible croissance depuis le deuxième trimestre 2011. Pour comparaison, sa hausse était de 2,15% au trimestre dernier.

L’IRL permet de revaloriser un loyer soit en cours de bail, si ce dernier comprend une clause de revalorisation des loyers qui a lieu une fois par an, soit à la relocation. Le calcul de révision du loyer s’effectue de la façon suivante : loyer actuel x (IRL du trimestre concerné / IRL du trimestre de l’année précédente). Cette revalorisation n’est cependant pas obligatoire, le rôle de l’IRL étant simplement d’indiquer la hausse maximale de loyer qu’un propriétaire bailleur est en droit de demander à son locataire.

A ce sujet, il faut également noter que depuis le 1er janvier 2013, les aides au logement de la CAF sont à nouveau indexées sur l’IRL. Cette réindexation permettra de revaloriser les APL, ce qui donnera un petit coup de pouce aux locataires qui subissent des charges de loyer importantes.

Une loi pour l’encadrement des loyers

Le décret Duflot sur l’encadrement des loyers actuellement appliqué a pour objectif de maîtriser rapidement la hausse des loyers. Voté dans l’urgence en août dernier, il limite l’augmentation des loyers à l’Indice de Référence des Loyers et permet de donner moins de liberté aux propriétaires bailleurs pour augmenter leur loyer lors d’une relocation ou d’un renouvellement de bail. Il devrait être remplacé prochainement par une nouvelle loi pour un encadrement durable des loyers. Pour ce faire, des observatoires de loyers ont été lancés dans certaines villes de France. Une couverture nationale est prévue d’ici fin 2013 afin de mettre en place une loi précise prenant en compte l’état actuel du marché de la location.

Aujourd’hui, trouver une location devient un véritable challenge entre le montant élevé des loyers, l’abondance des garanties demandées par les propriétaires-bailleurs et le temps qu’il est nécessaire de consacrer à la recherche. Si une partie des locataires passent par des agences immobilières afin de bénéficier d’un accompagnement complet par un professionnel (recherche d’un bien à louer, organisation des visites, signature du bail, état des lieux, etc.), ils sont aujourd’hui près d’un sur deux à opter pour la location de particulier à particulier, plus économique.