Présenté le 12 juin dernier par la ministre Cécile Duflot, le projet de loi ALUR jetait un pavé dans la mare avec notamment une mesure choc : la suppression des frais d’agence pour les locataires à l’exception des frais de bail et d’état des lieux qui seraient plafonnés et partagés entre locataire et propriétaire. En colère, les professionnels de l’immobilier arriveraient-ils à faire plier le gouvernement ?

Forcément populaire auprès des locataires, le projet de réduire les frais d’agence à leur charge a déclenché de nombreuses protestations parmi les professionnels de l’immobilier. Ces derniers ont dénoncé une stigmatisation de leur profession et redoutent une chute de leur activité suivie de nombreux licenciements. Cette colère des agents immobiliers s’est traduite par la cessation de la contribution de la Fnaim à l’Observatoire des loyers mis en place par Cécile Duflot (Observatoire indispensable au bon fonctionnement de l’encadrement des loyers).

Il semblerait que ce bras de fer ait porté ses fruits. Après avoir été reçus plusieurs fois au ministère, les professionnels évoquent la possibilité d’un changement concernant la question des frais d’agence : si ceux-ci resteraient d’actualité, leur plafonnement pourrait être réévalué en faveur des agences.

Affaire à suivre… En attendant, pour louer votre logement sans aucun frais d’agence, faites confiance à LocService !

Retrouvez toutes les dernières informations sur la loi ALUR sur cette page.