Bien que la loi Alur a apporté de nouvelles restrictions au régime de la location meublée, celui-ci conserve tout de même des avantages intéressants en termes de flexibilité et rentabilité.

La loi Alur a voulu rapprocher le régime de la location meublée de celui de la location vide. location meubléeIl en découle un certain nombre de nouvelles contraintes, comme notamment le plafonnement du dépôt de garantie à 2 mois (auparavant il était libre, mais rarement supérieur à 2 mois), l’utilisation obligatoire du bail-type, les mêmes clauses interdites que la location vide, ou bien l’encadrement des loyers. Concernant ce dernier, il faut cependant noter que l’arrêté préfectoral fixant les loyers de référence à Paris distingue bien les meublés des non-meublés, et les loyers de référence des meublés sont un peu plus élevés.

Mais les avantages qui ont fait le succès de la location meublée restent présents :

1) Un bail et un préavis plus courts

Seulement un an de durée de bail pour les locations meublées, c’est bien plus court que les trois ans des locations vides ! Cela signifie qu’un propriétaire qui voudrait mettre fin au bail doit attendre moins longtemps avant de donner congé au locataire : en effet cela n’est possible qu’à l’échéance du bail, en s’y prenant au minimum 3 mois avant l’échéance contre 6 mois pour les locations vides. Louer en meublé est donc une formule plus flexible.

Pour rappel, le propriétaire n’a le droit de donner congé que pour vendre le logement, y habiter, ou dans le cas d’un motif sérieux (troubles du voisinage par exemple).

Il est également possible de conclure un bail de 9 mois pour les étudiants : dans ce cas, il n’y a pas de reconduction tacite, donc pas besoin de donner congé.

2) Une fiscalité plus favorable

Le loueur en meublé bénéficie par défaut d’un abattement forfaitaire de 50% sur ses recettes si elles ne dépassent pas 32 900 € (régime « micro-BIC ») par an. En comparaison, pour les non-meublés, c’est un abattement de 30 % pour des revenus annuels inférieurs à 15 000 € (régime micro-foncier).

Pour rappel, il est possible, sur demande, d’opter pour le régime réel à la place du régime micro-BIC.

3) Loyers plus élevés = meilleure rentabilité

Proposer un logement meublé permet d’afficher un loyer 15 à 20 % supérieur par rapport à une même surface nue, ce qui majore les revenus locatifs et permet d’espérer une augmentation de rentabilité brute d’environ 1%.

Il ne faut pas oublier cependant que pour maximiser le taux d’occupation d’un meublé, il faut proposer un ameublement et un équipement complet de haute qualité et non pas se contenter du minimum légal. La situation géographique est également importante : les locataires étant généralement des étudiants, des actifs ou parfois des étrangers (diplomates, hommes d’affaires…), les quartiers centraux, historiques ou près des campus sont à privilégier.