Vous pensez à sortir de votre colocation actuelle ? Vous pouvez bien sûr le faire quand vous le souhaitez, à condition de le faire dans les règles. Celles-ci varient selon plusieurs critères : si vous êtes en bail individuel ou en bail collectif, s’il y a une clause de solidarité, si vous êtes seul ou plusieurs à partir,…

1) Déterminer le délai de préavis qui s’applique

On peut résilier un bail de colocation n’importe quand, mais on ne peut pas arrêter de payer le loyer tout de suite. Il y a forcément un délai de préavis minimum pendant lequel on doit continuer à payer le loyer, peu importe qu’on ait quitté le logement ou non. Il faut donc bien savoir quelle est la durée qui s’applique :

  • Si vous louez un logement meublé (reportez-vous à votre contrat si vous n’êtes pas sûr) : le préavis est de 1 mois.
  • Sinon, regardez si vous correspondez à l’une des situations listées ici. Dans ce cas, vous avez droit au préavis d’1 mois (ou « préavis réduit »). Sinon, il sera de 3 mois.

Il faut bien se rappeler que ce sont des délais minimums. Rien ne vous empêche bien sûr de vous y prendre plus tôt !

Faites ensuite votre lettre de congé. Son contenu est libre mais pensez bien sûr à dire quand vous partez. Si vous demandez un préavis réduit, pensez à le mentionner dans votre lettre en indiquant le motif invoqué et à joindre un justificatif. Pour faire parvenir la lettre à votre bailleur, soit vous l’envoyez en recommandé avec accusé de réception, soit vous la remettez en mains propres contre récépissé. Vous pouvez aussi signifier votre congé par acte d’huissier si jamais votre propriétaire « fait le mort » ou que vos rapports ne sont pas au beau fixe… Le délai de préavis commence le jour où le bailleur reçoit la lettre de congé, c’est-à-dire lorsqu’il signe à la réception du recommandé par exemple.

2) Solder les comptes avec les autres colocataires

Avant de partir, pensez à régler tout ce que vous devez à vos colocataires en fonction de la façon dont vous avez organisé les dépenses : abonnement internet, courses, factures d’énergie/eau, etc. N’oubliez pas non plus d’interrompre tout virement ou prélèvement automatique lié à la colocation.

3) L’état des lieux de sortie

Si vous êtes dans le cas d’un bail individuel (chaque colocataire a son propre contrat), il faut fixer un rendez-vous avec le propriétaire pour effectuer l’état des lieux de sortie. C’est lui qui déterminera si vous pourrez récupérer tout ou partie de votre dépôt de garantie.

Si vous êtes dans un bail collectif, il n’y a pas obligation de le faire, mais c’est recommandé (sinon vous devrez payer pour les dégradations survenues après votre départ). Dans ce cas, demandez à faire un état des lieux intermédiaire.

4) Dois-je continuer de payer après avoir quitté la coloc’ ?

Premièrement, si vous êtes toujours dans le délai de préavis et tant qu’aucun colocataire n’a pris votre place, oui. Ensuite, une fois le préavis terminé :

  • Si vous étiez avec un bail collectif + cause de solidarité : vous restez redevable du loyer et des charges jusqu’à 6 mois après la fin du préavis. Bien sûr, cela s’arrête dès qu’un nouveau colocataire prend votre place. Si vous avez signé votre contrat avant le 27 mars 2014, vous êtes même redevable jusqu’à la prochaine échéance du bail.
  • Si vous étiez avec un bail collectif sans cause de solidarité, ou bien un bail individuel : vous n’avez plus rien à payer.

5) Un seul colocataire restant = changement de bail

Si vous n’étiez que deux à faire une colocation, ce qui arrive souvent, la situation change : la personne qui reste devient locataire à part entière et cela nécessite un changement de contrat. Le bailleur peut accepter ou refuser de garder le locataire restant s’il estime qu’il ne présente pas les revenus ou les garanties suffisants.

6) Récupérer le dépôt de garantie

Si votre bail était individuel, c’est la même chose qu’un locataire classique : le bailleur a 1 mois pour vous rendre votre dépôt de garantie s’il n’y a eu aucune dégradation, et 2 mois sinon (en savoir plus).

Si vous étiez en bail collectif, c’est un peu plus compliqué : légalement vous ne pouvez pas imposer au propriétaire de vous rendre votre quote-part tant que les autres colocataires restent en place. Vous avez donc deux solutions :

  • soit attendre que le bail se termine (vos ex-colocataires ont rendu les clés au propriétaire),
  • soit vous arranger à l’amiable avec eux ou avec le propriétaire pour qu’ils vous rendent votre dépôt de garantie et qu’ils demandent le même montant au colocataire remplaçant.