Bon nombre de Parisiens rêvent d’une vie active plus tranquille loin de la capitale, mais sont vite rattrapés par les idées reçues : peur de sacrifier leur carrière, de s’éloigner des opportunités de business, de perdre en compétences, de voir leur pouvoir d’achat baisser… Dans le monde du travail à Paris, s’installer en province rime souvent avec régression professionnelle.

Pourtant, les arguments en défaveur de la vie en région parisienne ne manquent pas : prix des loyers exorbitants, stress de la vie quotidienne, coût de la vie, temps passé dans les transports, pollution, manque d’espaces verts,… Autant de désagréments que la plupart des villes de province, même importantes, connaissent beaucoup moins. L’espoir du succès d’une carrière vaut-il mieux qu’une vie privée en berne ? Partir travailler en région signifie-t-il automatiquement le déclin de sa vie professionnelle ? Quid du pouvoir d’achat et de la qualité de vie ?

Le journal Les Echos Business a récemment publié des témoignages de cadres, dirigeants et entrepreneurs qui ont tous franchi le cap avec succès. Certains d’entre eux ont été repérés par des chasseurs de têtes, d’autres sont passés au télétravail, ont créé ou repris une entreprise, ou bien ont trouvé un nouveau poste dans les « job boards » (sites d’emplois) régionaux. Aucun d’entre eux n’a senti une baisse d’intérêt, de technicité ou de compétence dans leur fonction, bien au contraire. Rapport au temps plus efficient, rapports entre collaborateurs, nouvelles fonctions,… En fait, travailler en province, c’est plutôt travailler différemment.

Les salaires en région sont en moyenne inférieurs de 15 % à ceux pratiqués en IDF, mais les locations sont en moyenne 56 % moins chères (source : Observatoire des Loyers LocService 2012 pour Paris), et 2,5 fois moins chères si on raisonne en prix par mètre carré. Un appartement parisien, voire un studio, vaut le prix d’une belle maison dans la plupart des villes de province. Exemple : un studio à louer à Paris 18ème, entre 20 et 30 m², se négocie en moyenne à 791 € par mois charges comprises. Pour ce prix, on peut avoir un appartement 4 pièces à Rennes, une maison à Reims ou un T3 à Montpellier. Le coût de la vie est également bien moins cher. Jérôme Decaux, DG de Renovatio, entreprise de formation et de coaching basée à Saumur, témoigne : « Je suis moins payé, mais mon pouvoir d’achat n’a pas été réduit d’autant : la première fois que j’ai fait le marché, je pensais que le commerçant s’était trompé en ma faveur« . Attention cependant à ne pas occulter certaines nouvelles dépenses à prévoir, comme une seconde voiture et des frais d’essence supplémentaires en fonction des distances à parcourir.

La qualité de vie, elle, change évidemment du tout au tout : les familles peuvent s’agrandir, les week-ends riment avec sports et randonnées, et les journées de travail sont moins stressantes du fait d’une pression moindre vis-à-vis du temps.

Et vous, seriez-vous prêts à quitter Paris ?

(source image : Wikipedia)