Source image : toutpourvendre.comUne dernière étude de Century 21, publiée par Le Figaro, montre que l’investissement locatif a reculé,  en France et en moyenne, de 5,8 % au troisième trimestre 2013, par rapport à l’année précédente. Et  ce recul des velléités d’investissement immobilier dure depuis 3 trimestres… Certaines zones d’Ile-de-France sont plus particulièrement touchées : -29,8 % dans l’Essonne, et -14,5 % dans les Yvelines.
Selon le réseau immobilier, cette désaffection serait une conséquence de la politique de la Ministre du Logement, de la taxation sur les plus-values immobilières des résidences secondaires aux réquisitions de logements vacants, en passant bien sûr par le projet de loi ALUR qui fait couler énormément d’encre. Toutes ces propositions sont vécues comme des privations de liberté par les bailleurs, et comme des coups de rabot supplémentaires sur la rentabilité locative de leurs biens : selon un récent sondage de LocService, 89 % des bailleurs estiment que le projet de loi de Cécile Duflot les découragera d’investir dans l’immobilier.

Tout n’est toutefois pas perdu. Les investisseurs qui attendent d’avoir en mains toutes les règles du jeu reviendront vers cet actif patrimonial incontournable. La condition est que les pouvoirs publics fassent l’effort de mieux comprendre les bailleurs, en allégeant les contraintes prévues. Les bruits de couloir annoncent déjà que la garantie universelle des loyers (GUL) devrait être modifiée par les parlementaires, conscients de leur devoir de rassurer les propriétaires… On évoque ainsi un fichier des mauvais payeurs (intentionnels) qui auraient le plus grand mal à trouver un logement une fois fichés. Cette mesure, si elle était prise, sécuriserait financièrement la GUL, et participerait efficacement à la lutte contre les impayés de loyers. D’autres gestes destinés à redonner confiance aux bailleurs sont attendus. Affaire à suivre…

Source : Gererseul.com