Les conditions permettant de bénéficier de la défiscalisation Denormandie ont quelque peu changé au niveau des travaux éligibles. L’occasion de procéder à une piqûre de rappel concernant ce dispositif assez similaire au Pinel mais dans l’ancien.

Travaux rénovationRappelons donc en quoi consiste le dispositif Denormandie : celui-ci vise à encourager l’investissement locatif dans les villes moyennes de France et concerne les logements anciens ayant bénéficié de travaux de rénovation représentant au moins 25 % du prix du bien. Tout comme le Pinel, il permet de défiscaliser de 12 à 21 % du prix de l’opération (achat+travaux) en échange d’un engagement de louer allant de 6 à 12 ans minimum. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre guide de la location.

Les travaux permettant d’être éligible au Denormandie ont été élargis suite à la publication d’un décret le 15 avril dernier. Alors qu’auparavant ils étaient centrés uniquement sur les économies d’énergie, désormais ils englobent également la modernisation, l’assainissement ou l’aménagement des surfaces habitables (aménagement d’un sous-sol ou des combles). Enfin, la création de surfaces habitables nouvelles est aussi éligible à la réduction d’impôt Denormandie. Les travaux engagés pour améliorer la performance énergétique du logement doivent toujours être réalisés par un professionnel certifié Reconnu Garant pour l’Environnement (RGE).

Un assouplissement qui ne manquera pas de satisfaire à la fois les investisseurs, mais aussi les professionnels du bâtiment qui ont pu être impactés par la crise sanitaire. Mentionnons d’ailleurs que si l’un des buts de ce dispositif est de dynamiser les villes moyennes françaises, on peut facilement envisager que le confinement et les nouvelles envies d’habitat qui en ont découlé iront dans le même sens (notamment suite à la hausse du télétravail). A bon entendeur…