Lorsque le locataire quitte son logement, il est soumis à un préavis d’une durée minimale de 3 mois (ou 1 mois dans certains cas) pendant lequel il doit continuer de payer son loyer. Une période que certains souhaitent raccourcir afin d’éviter de payer trop longtemps un double loyer… En dehors d’un accord amiable avec le propriétaire, la seule solution légale est de trouver un locataire pour prendre la suite du bail.

Le délai légal de préavis, à savoir 3 mois en location vide et 1 mois en meublée, pose parfois problème aux locataires qui ont déjà signé le bail de leur prochain logement avant même d’avoir fini le préavis. En effet, ils se retrouvent à payer un double loyer, ce qui n’est jamais très confortable. Dans certains cas spécifiques, un locataire qui est normalement soumis aux 3 mois peut avoir droit à seulement 1 mois de préavis (voir cet article pour en savoir plus), mais il s’agit de cas exceptionnels.

Shéma expliquant le déroulement du préavis dans le cas d'une location de logement.

Le déroulement normal d’un préavis de départ donné par le locataire au bailleur.

Il existe cependant une solution qui leur permet de raccourcir ce délai de préavis, ce qui s’avère très utile car :

fin du préavis = fin du bail = fin de l’obligation de payer le loyer

La solution : trouver un locataire pour reprendre le logement

Le locataire qui souhaite partir le plus tôt possible peut ainsi trouver une personne prête à prendre la suite de la location après lui (le propriétaire peut aussi faire cette démarche de son côté). Si son dossier est accepté par le propriétaire et qu’elle signe un nouveau bail, ceci met fin automatiquement au préavis en cours. Pourquoi ? Parce que légalement, un propriétaire n’a pas le droit de toucher 2 loyers simultanément pour le même logement.

Si par exemple le préavis est censé se terminer le 25 novembre mais que le nouveau locataire signe un bail prenant effet au 7 novembre, l’ancien bail se termine le 6 et donc l’ancien locataire doit payer uniquement le loyer correspondant aux 6 premiers jours de novembre.

 Shéma expliquant le raccourcissement du préavis du locataire en cas d'arrivée d'un nouveau locataire dans le logement.

Raccourcissement du préavis du locataire en cas d’arrivée d’un nouveau locataire dans le logement.

Attention : le propriétaire n’est pas obligé d’accepter un nouveau locataire, peu importe la raison. S’il souhaite que le préavis aille jusqu’au bout, il en a le droit.